mercredi 3 octobre 2007

Oscar et la dame rose

Ouf ! J’ai pu aller au théâtre avant de partir ! J’aurais raté quelque chose sinon...
Pour commencer, un décor sobre : un lit, une veste rose suspendue à un porte manteau, un coffre à jouets et un mur d’hôpital. Puis, les lumières s’éteignent et Annie Duperey entre en scène. Elle range un peu la chambre, prend le coffre, et y retrouve les lettres qu’Oscar avait adressées à Dieu. Elle commence à lire la première. A ce moment là, je suis un peu sceptique : comment va-t-elle mettre en scène cet enfant ? Va-t-elle simplement lire les lettres ou bien faire vivre Oscar ? Et puis d’abord, comment pourrait-elle réussir à faire vivre un petit garçon de 10 ans ? Et là, à peine 40 secondes plus tard, tous mes doutes se sont envolés ! Non seulement elle faisait bel et bien vivre Oscar, mais aussi Mamie Rose, Pop Corn, Peggy Blue et tous les autres ! Et pas un mieux que les autres ! Pas une seule fois au cours de la pièce je ne me suis demandée quel était le personnage qu’elle interprétait. Et encore moins pendant les nombreux échanges entre Oscar et Mamie Rose et leurs répliquent qui fusent. La comédienne a une facilité pour passer de l’un à l’autre, sans jamais faire de faux pas. C’est donc sans problème qu’on arrive à voir défiler devant nous un petit garçon malade mais plus vivant que la plupart de son entourage, une dame rose qui se prétend catcheuse pour le divertir, un médecin bourru et contrarié par l’état de son patient. C’est un véritable tour de force auquel j’ai assisté jeudi soir. La comédienne n’interprète pas seulement des personnages, elle les vit. Ce qui explique son émotion lors de la dernière lettre, et au moment des applaudissements, lorsque c’est elle, débarrassée de toutes ses multiples facettes, qui vient recevoir nos bravos. L’alliance des mots d’Eric Emmanuel Schmitt et du talent d’Annie Duperey m’a bluffée, m’en a mis plein les yeux. A voir absolument !

2 commentaires:

aBIGouDi a dit…

euh tu l'a vu dans la rue de la gaïeté c'est ça
ah j'ai adoré le livre de schmitt et tu me donnes bien envie d'aller voir la piece (si ils la joue encore)

merci pour ton article !

coming soonn a dit…

le livre était déjà fantastique alors j'imagine (un peu) ce que ça devait donner!!