mercredi 8 août 2007

Quoi de neuf à l'horizon?

Mois d'été obligent, les posts se font plus rares! Mais ma vie sociale et culturelle ne s'arrête pas pour autant, bien au contraire! Je profite donc de ce petit moment seul face à mon ordi pour faire un petit bilan des choses vues, lues ou faites qui m'ont tellement occupée ces derniers temps!

Côté Littérature:
Insecte: Recueil de courtes nouvelles écrites par Claire Castillon autour de la thématique mère-fille.
Mon avis: Ces courtes histoires se laissent lire très facilement, cependant je les ai trouvé trop... comment dire, bizarre et crues pour les apprécier totalement. Non je ne suis pas coincée, mais c'est le sentiment général qui est ressorti de ma lecture. Ce qui ne diminue en rien le talent de l'auteur, son style marqué et son imagination féroce. Je n'ai juste pas accroché...




Saga, Tonino Benaquista: Nous étions quatre : Louis avait usé sa vie à Cinecittà, Jérôme voulait conquérir Hollywood, Mathilde avait écrit en vain trente-deux romans d'amour, et moi, Marco, j'aurais fait n'importe quoi - mais n'importe quoi ! - pour devenir scénariste. Même écrire un feuilleton que personne ne verrait jamais. " Saga ", c'était le titre.
Mon avis: J'ai beaucoup aimé cette lecture, on se prend au jeu de la création de l'histoire de cette saga. Je ne pensais pas que l'intrigue d'un soap opera que l'on développe sur 400 pages me passionnerait à ce point! Bon je vous rassure il n'y a pas que ça, les relations entre les 4 scénaristes comme leur histoire personnelle est écrite de telle façon que les pages de ce livre se tournent toutes seules! Un bémol malgré tout: Si les trois quarts du livre m'ont enchantée, la fin m'a déçue, sortant un peu de nulle part. Je conseille quand même Saga à tout le monde, pour que chacun se fasse son avis!

Dans l'avion qui l'emmène à Téhéran avec son mari, d'origine iranienne, et sa fille, pour quinze jours de vacances, Betty a le sentiment d'avoir commis une erreur irréparable... Quelques jours plus tard, son existence bascule dans le cauchemar. Le verdict tombe : 'Tu ne quitteras jamais l'Iran ! Tu y resteras jusqu'à ta mort.' En proie au pouvoir insondable du fanatisme religieux, son mari se transforme en geôlier. Elle n'a désormais qu'un objectif : rentrer chez elle, aux Etats-Unis, avec sa fille. Quitter ce pays déchiré par la guerre et les outrances archaïques, ce monde incohérent où la femme n'existe pas. Pour reconquérir sa liberté, Betty mènera deux ans de luttes incessantes. Humiliations, séquestration, chantage, violences physiques et morales. Rien ne lui sera épargné.
Mon avis: Un témoignage poignant qui nous scotche aux livre heures après heures. Cette histoire a eu lieu il y a 20 ans et ce thème est malheureusement toujours d'actualité. On s'attache bien sûr à cette femme forte, à sa petite fille touchante, on partage tour a tout haine et compassion pour son époux.
Un nouveau bémol (j'attends le livre qui m'enlèvera les mots de la bouche, où plutôt mes "bémols"!): J'ai eu une sensation d'ultra pro américanisme qui m'a dérangée tout au long du livre, surtout à la fin. Un peu comme dans ces films comme "Pearl Harbor" ou une voix off déclare solennellement à la fin "L'Amérique à souffert mais s'en est sortie plus forte"blablabla. Pourquoi suis-je dérangée par ceci? parce que je n'arrive pas à juger si j'ai tort ou raison, après tout, je me dis que si cette femme avait été Francaise ou Italienne ou Norvégienne, elle aurait tenu les mêmes propos, le même soulagement en apercevant le drapeau de ses compatriotes, la même volonté de défendre sa nationalité. Donc j'y songe encore et encore pour trouver une explication convaincante. C'est un livre qu'il faut malgré tout avoir lu, et je verrai bien aussi le film d'ailleurs!

Côté Ciné:
Je ferai plus court dans cette rubrique, j'ai du voir quelques films, mais il y en a un qui m'a plu, touché, bouleversé, bref que je conseille (sans bémol!): The Bubble.

Trois jeunes Israéliens, Noam, disquaire, Yali, gérant de café, et Lulu, vendeuse dans une boutique de produits de beauté, partagent un appartement dans un quartier branché de Tel-Aviv, symbole de cette "bulle", surnom donné à la ville.
Dans ce cocon quasi déconnecté de la réalité des territoires et des conflits politiques qui agitent le pays, ils mènent une existence tout à fait ordinaire, préférant se concentrer sur leur vie amoureuse.
Leur quotidien va pourtant être bouleversé par l'arrivée d'Ashraf, un Palestinien dont Noam tombe amoureux lors d'un incident au Check Point de Naplouse.

Mon avis: A VOIR ABSOLUMENT! C'est mon coup de coeur. Une thème déjà vu, mais pourtant pas souvent abordé sous cet angle. Les acteurs sont superbes, ils nous embarquent dans leur "cocon" au sein duquel ils se croient invincibles et prônent un seul hymne: la paix. L'amour entre Noam et Ashraf est profondément touchant, il nous donne envie de les aider à braver les obstacles que représentent leurs deux religions. On y croit avec eux, on tombe avec eux, on les suit pas à pas tout au long du film. C'est un bijou que j'ai vu là, j'en suis certes ressortie déprimée mais je le reverrai à coup sûr.
Voici un avant goût avec la bande annonce:


Côté voyages:
Barcelona!!! Mais ça c'est un autre sujet que j'aborderai prochainement!!

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Ouais, je sais pas si on en avait déjà parlé mais la fin de Saga: NON!

Mais je pense que le reste du bouquin vaut qu'on le lise.

Au pire, zappez la fin ;)

Contente que ça t'ai plu!

Anonyme a dit…

Ah oui, au fait, c'était Eva ;)

dasola a dit…

Après tu marcheras sur l'eau, Eytan Fox confirme son talent de réalisateur avec The Bubble. La fin est inéluctable et on se sent ému. Mais ce n'est pas larmoyant. La jeunesse israelienne a les mêmes soucis que partout ailleurs.