mercredi 19 septembre 2007

Mr Schmitt et le Cycle de l'invisible

Un petit post aujourd'hui pour vous parler d'une de mes découvertes littéraire de l'été: Eric Emmanuel Schmitt. Je suis tombée par hasard sur "l'enfant de Noé":En Belgique, dans les années 40. Joseph est juif, ses parents et lui doivent se cacher. Joseph fait la rencontre du père Pons qui l'abrite dans sa Villa Jaune, une pension catholique. Le jeune garçon va très vite découvrir le secret du père Pons. Tous les deux vont tisser une très belle amitié, une très belle histoire d'amour. L'un apprend à l'autre l'essentiel pour la survie de sa mémoire: apprendre à être juif, perpétuer le souvenir et préserver les traditions. Pas facile à huit ans. Surtout si l'on se sent ébloui par le Seigneur, par l'église catholique et par les anges qui chantent dans les chapelles.
Écrit à travers les yeux du petit Joseph, ce récit plein de spontanéité, d'innocence et de naïveté m'a beaucoup touché. En effet, à 8 ans, Joseph ne comprend pas la réalité qui se cache derrière la guerre et l'antisémitisme. D'ailleurs comprend-il vraiment ce que signifie e mot "juif"?Non, Joseph n'est qu'un enfant de 8 ans protégé de toute cette réalité et qui découvre à peine le monde qui l'entoure.
Je conseille vivement cette lecture...

Après cette délicieuse expérience littéraire, je me suis donc lancée dans la lecture d'Oscar et la dame rose.... ah Oscar...
Voici les lettres adressées à Dieu par un enfant de dix ans.
Elles ont été retrouvées par Mamie Rose, la " dame rose " qui vient lui rendre visite à l'hôpital pour enfants. Elles décrivent douze jours de la vie d'Oscar, douze jours cocasses et poétiques, douze jours pleins de personnages drôles et émouvants.
Ces douze jours seront peut-être les douze derniers. Mais, grâce à Mamie Rose qui noue avec Oscar un très fort lien d'amour, ces douze jours deviendront légende.
Que dire de ce livre que j'ai dévoré à deux reprises en moins d'un mois? Oscar a réussi à me faire sourire, avec ses remarques innocentes qui font mouche: "Ps: Au fait Dieu, c'est quoi ton adresse?". Oscar m'a touchée de par sa volonté, son amour pour Peggy Blue et son amitié tissée avec Mamie Rose. Ce livre traite de la mort, de la souffrance, mais à aucun moment on ne s'apitoie sur le sort de ce petit garçon. Ce sujet tabou pour ceux qui entourent l'enfant, ne l'est pas pour Oscar, bien au contraire. Il a besoin de dire les choses, qu'on les lui explique. Le silence lui pèse. Il trouve donc en Mamie Rose une adulte qui n'a pas peur de lui parler comme à un adulte, et qui, en même temps, sait ménager son petit coeur d'enfant. Comme à son habitude, EE Schmitt traite ce sujet avec une touche religieuse, sans jamais rentrer dans la leçon de morale ni dans l"apprentissage du bien et du mal". En quelques mots, ce livre est un petit bonheur d'une heure et demie, à lire et relire encore.
Je pense d'ailleurs me laisser tenter par la pièce jouée par Annie Duperey... La suite donc, prochain épisode!

3 commentaires:

Bliss a dit…

J'aime beaucoup l'écriture d'E.E. Schmitt, j'ai toujours eu de bonnes surprises avec lui ^^ Sinon, j'aimerais bien aller voir la pièce aussi, j'aime bien Anny Duperey et je crois que ça se joue à 2 pas de chez moi (pas d'excuses!).

Stella a dit…

J'aime ce que fait E.-E. Schmitt! L'enfant de Noé c'est un des seuls que je n'ai pas encore lu...je sais que je dois remedier à ça, on m'en a souvent dit du bien.
J'ai eu la chance de rencontrer cet auteur d'exception...C'est un homme très très charmant!

Elo a dit…

>Bliss: je voulais y aller demain mais ya le match de rugby et pour certains c'est sacré! j'espère donc avoir le temps d'y aller...
>Stella:dépêche toi de le lire, tu ne seras pas déçue!