samedi 12 avril 2008

Dernières lectures

Mon challenge ABC avance, doucement mais sûrement. Si seulement je ne m'éparpillais pas avec des livres qui n'en font pas partie...!
Un petit résumé de mes dernières lectures donc:

Lorsque j'étais une oeuvre d'art

A ce jour, le livre d'EE Schmitt que j'ai le moins aimé.

Tazio, exaspéré de vivre dans l'ombre de ses deux frères, les 2 plus beaux hommes du monde, décide de se suicider, une fois pour toutes. Au bord de la falaise, un personnage étrange lui tend la main et lui propose un pacte:quitter sa vie insignifiante pour devenir son oeuvre d'art.

Idée certes très originale, je n'ai pas été séduite par cette histoire. Ce que j'aime chez cet auteur, c'est la façon dont il arrive à nous montrer le (plus ou moins) réel d'un point de vue qu'on ne connaît pas. Avec "Lorsque j'étais...", il tombe à mon goût trop dans les fioritures de l'imaginaire pour tenter de faire passer sa morale: rester soi.

Cela reste du EE schmitt, très facile à lire, mais certainement pas le meilleur.


L'assommoir

L’assommoir" retrace l’histoire de Gervaise, femme d’origine modeste qui quitte sa campagne natale pour suivre son amant, Lantier, à Paris. Celui-ci la quittant pour une autre, elle épousera Coupeau quelques semaines plus tard. S’en suivra une vie commencée dans la grandeur, le luxe et l’ambition, pour tomber peu à peu, dans une profonde décadence.

C’était là le premier Zola que je lisais, et j’ai été ô combien agréablement surprise. Publié en 1876, j’ai trouvé ce roman retraçant la vie quotidienne de la classe ouvrière et de tout ses petits travers très moderne. J’ai été surprise par le langage assez cru qu’il pouvait employer parfois ou encore par la force des détails décrivant tel ou tel évènement. J’ai notamment été profondément touchée par la façon dont l’auteur s’applique à la description d’une scène de violence d’un père sur sa petite fille. C’est une scène poignante et difficilement soutenable.
Le personnage de Gervaise est magnifiquement bien écrit. On la comprend si bien, mais elle finit par nous échapper tout de même. On aimerait tant l’empêcher de tomber dans cette décadence. Le lecteur, témoin impuissant de sa chute sociale et humaine, finit par éprouver un certain dégoût à suivre ce personnage si prometteur qui se laisse happer par les travers de la communauté mesquine et perverse dont elle fait néanmoins partie.

L’assommoir est un chef d’œuvre doté d’une force d’écriture qui ne peut laisser indifférent. Vivement mon prochain Zola !


Home truths


Pip, Cat et Fen appartiennent à une famille hors norme. Leur mère s'est enfuie avec un cowboy de Denver quand elles étaient petites, leur père est mort peu après et elles ont été élevées par leur oncle excentrique, Django.
Fières de leur originalité, leur équilibre s'écroule cependant lorsque les vérités éclatent au grand jour...

Un pur roman "chick lit". Pas exceptionnel. On s'attache cependant aux personnages et à cette histoire qui part dans tous les sens. A lire sans se prendre la tête. Dans le métro. Un moment de détente autrement dit.

2 commentaires:

Bliss a dit…

Ce EE Schmitt ne me tentait déjà pas beaucoup à la base mais là, c'est définitif: non...
Quant à l'Assommoir, c'est certainement le Zola que j'ai le plus lu et étudié (que ce soit au lycée ou en prépa), si bien que j'en connais limite certains passages par coeur... Si tu veux du Zola aussi bon et plus gai, je te recommande très fortement "Au bonheur des dames", un régal ^^

Elo a dit…

Merci pour le tuyau! Il m'a déjà été conseillé une fois donc je confirme, ce sera mon deuxième!